Logement chez l’habitant au Sénégal

Logement chez l’habitant au Sénégal

Hello les voyageurs,

Après nos deux semaines de bénévolat chez Les Enfants d’Awa, nous avions choisi de parcourir le pays en direction du Nord jusqu’à Saint-Louis et d’aller à la rencontre de ses habitants.

Quoi de mieux donc que de loger… chez l’habitant !

Avant de partir, nous avions contacté La Case à Voyage, association basée à Lorient qui propose des logements chez l’habitant, dans les principales villes du Sénégal (et du Mali).

Dakar

Pour notre première nuit à Dakar, nous avions réservé une chambre chez une famille qui habite dans le quartier des Parcelles Assainies, en banlieue.

Logement Dakar Dakar Parcelles Assainies

Caroline, Abdou et leur famille nous ont tellement bien accueillies que nous sommes revenues plusieurs fois dormir chez eux au cours de notre voyage.

C’est chez eux que nous gouterons pour la première fois l’un des plats nationaux, le tiboudiène : composé de blé, de poisson et de légumes épicés, c’est le plat que nous avons mangé le plus souvent pendant notre séjour. Lors de notre dernière soirée à Dakar avant de reprendre l’avion pour la France, j’ai passé un bon moment en cuisine pour aider Caroline à préparer cette délicieuse recette. Cela m’a rappelé d’une certaine manière la préparation du couscous au Maroc. Cela demande du temps et de la patience avant de pouvoir goûter ce plat typique, encore meilleur quand on le mange avec les doigts ! 😉

Après nos deux semaines à Diofior, quand nous sommes arrivées à Dakar après 8 heures de bus, le contraste fut surprenant. Nous avions quitté un village calme avec une seule grande rue principale et quelques voitures et charrettes pour retrouver les embouteillages, le bruit, la pollution et l’agitation d’une métropole africaine.

Mais quel bonheur de retrouver la famille de Caroline, Abdou, les enfants Marie-Thérèse et Patrice. Toutes les générations se côtoient. Là encore, cela me rappelle le Maroc où les grands-parents, les enfants et les petits-enfants vivent souvent sous le même toit.

Saint-Louis

Notre étape suivant chez l’habitant se déroula à Saint-Louis, sur la côte, relativement proche de la frontière avec la Mauritanie, juste à côté de la Langue de Barbarie.

Là encore, l’accueil fut plus que chaleureux. Kiné, institutrice, nous reçoit dans sa grande maison où elle vit avec ses 2 enfants et la personne qui les aide à tenir la maison.

Le lendemain de notre arrivée, Kiné nous accueille dans son école.

Quand nous arrivons, tous les élèves de CM2 sont rassemblés dans l’immense cour pour écouter les résultats de l’évaluation du 1er trimestre. Avec Marie, nous sommes invitées à annoncer les noms de ceux qui ont réussi le premier trimestre. Sur environ 200 élèves, seuls une cinquantaine ont eu des notes suffisamment élevées. La joie des nominés fait plaisir à voir et contraste avec la déception de ceux dont le nom n’a pas été cité.

Après l’annonce, le directeur de l’école fait un discours pour motiver ceux qui ont échoué et les inciter à travailler encore plus pour réussir la prochaine évaluation.

Kiné nous fait ensuite visiter chaque classe pour que nous prenions des photos des élèves et des locaux délabrés. Nous rencontrons un ancien élève qui est actuellement en 6e et a de très bons résultats.

À la fin de la visite, nous discutons avec le directeur de l’école et lui proposons de faire une collecte à notre retour en France pour récolter des fonds qui permettront de rénover les toits de certaines classes et acheter des ensembles table/chaises, ce qui permettrait aux élèves d’être plus à l’aise et d’étudier dans de meilleures conditions. Ils sont parfois 4 ou 5 par tables !

En CP, ils sont 100 élèves par classe. Le dallage au sol est à refaire et le toit doit être réparé

En CM2, le toit est sur le point de s’écrouler

En CE2, le toit doit être réparé, ainsi que les volets

En CI, le sol est à réparer.

Les toilettes en piteux état sont à déblayer et un grand nettoyage du sol devant est absolument nécessaire.

En CP, les élèves sont trop nombreux. Pour qu’ils puissent mieux travailler, la moitié de la classe reste à l’intérieur pendant que l’autre moitié s’amuse sous la surveillance d’un instituteur.

En CE1, problèmes de tables/chaises

La bibliothèque est tellement délabrée que les élèves n’y ont plus accès. Il n’y a que quelques livres, la place réservée aux ordinateurs est vide et une tôle pend au milieu de la pièce.

En maternelle, la grande section n’a plus de salle, car celle-ci est trop délabrée. Le sol est à refaire entièrement. Cela coûterait 225 000 CFA.

L’école a besoin de racheter 76 tables à 25 000 CFA chacune et la réparation des toits demanderait environ 200 000 CFA.

À notre retour en France, nous organiserons une collecte grâce à laquelle nous recueillerons une centaine d’euros qui permettront de rénover une partie des toits.

Quelques mois plus tard, Kiné nous informera que l’école a reçu le soutien financier de l’ONG Caritas. C’est une très bonne nouvelle pour les enfants qui vont enfin pouvoir étudier sans avoir peur que le toit leur tombe littéralement sur la tête.

Lompoul

Nous quittons Saint-Louis dans un taxi 7 places jusqu’à Kerbemer, puis prenons un calendou (une sorte de taxi privé) vers Lompoul Village où nous logeons chez la famille de Ahmadou.

Ici encore, nous sommes superbement accueillies et passons un bon repas en compagnie de Ahmadou, de sa femme et de leur bébé. À chaque fois, nous nous sentons comme chez nous.

Je trouve génial de loger chez l’habitant. Nous n’avons pas le même confort qu’à l’hôtel, mais cela ne nous gêne pas. Le principal pour nous est d’échanger avec nos hôtes.

 

En conclusion, je vous conseille si vous le pouvez de dormir chez l’habitant. Vous serez ainsi au plus proche de la population et pourrez partager leur vie pendant quelques heures ou plusieurs jours.

Je vous redonne ici les coordonnées de l’association par laquelle nous sommes passées :

La Case à Voyage

Site Internet

Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge